jeudi 15 septembre 2011

Chimie organique





La chimie organique concerne toutes liés à d'autres éléments comme l'hydrogène, l'oxygène, l'azote, le soufre, les halogènes, ou des métaux, parmi d'autres. Elle représente la base principale de la biochimie, qui est l'étude des molécules d'origine naturelle et de leurs interactions. Elle est présente dans la majeure partie des grandes industries (matériaux, colorants, médicaments...), ce qui lui confère un rôle économique de premier plan.

Destiné aux étudiants préparant les grands concours (grandes écoles, PCEM, pharmacie) ou la licence de chimie, cet ouvrage a été conçu pour que les bacheliers puissent aborder cette science de manière progressive. Une première partie aborde les hybridations du carbone, de l'oxygène et de l'azote, qui permettent de définir les structures géométriques des molécules, et développe la stéréochimie sous forme de définitions et d'exemples. Après avoir passé en revue les divers effets intra- et intermoléculaires liés à la polarisation et à la nature des liaisons (électronégativité des éléments, effets inducteurs et mésomères, aromaticité, liaisons hydrogènes), la seconde partie présente les entités réactives (carbocations, carbanions, radicaux, carbènes, nitrènes, dipoles-1,3 et ylures). Il est alors possible d'étudier les grands types réactionnels (substitutions, éliminations, additions, oxydations, réductions et réarrangements), qui regroupent plusieurs centaines de réactions spécifiques faisant intervenir les fonctions principales (alcanes, akènes, alcynes, alcools, aldéhydes, cétones, acides carboxyliques, aminés, nitriles, composés aromatiques...), avec pour la plupart leur mécanisme quand il est connu.

René Milcent est professeur honoraire de l'université Denis Diderot à Paris. Il a enseigné plus de trente ans la chimie organique à tous les niveaux universitaires et plus particulièrement en premier (PCEM St Louis-Lariboisière et Bichat) et second cycles (licences de chimie et biochimie). Il est l'auteur de Chimie organique hétérocyclique (EDP Sciences, 2003).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire